> Contraception hormonale > Méthodes contraceptives pour les fumeuses

Méthodes contraceptives pour les fumeuses

La combinaison d’une consommation de nicotine et de contraceptifs hormonaux augmente significativement le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Cela s'applique principalement aux contraceptifs hormonaux contenant des œstrogènes telles que la pilule, le patch contraceptif ou l'anneau vaginal.

Le tabagisme favorise la calcification, le rétrécissement des vaisseaux sanguins et peut générer des séquelles des vaisseaux coronaires et des vaisseaux des extrémités externes. En outre, les fumeuses utilisant des contraceptifs hormonaux ont un risque significativement plus élevé d'AVC et de thrombose. Il est donc conseillé d'utiliser aux fumeuses de s’orienter vers d'autres contraceptifs. La minipilule sans œstrogènes, notamment, peut réprésenter une bonne alternative pour ces femmes.

Pourquoi toutes les méthodes de contraction ne conviennent-elles pas aux fumeuses?

Les œstrogènes contenus dans les contraceptifs modifient la composition des facteurs de coagulation du sang. Ils augmentent le risque de formation de caillot. Des risques similaires sont associés au tabagisme.

Si les méthodes contraceptives contenant des œstrogènes sont combinées à la consommation de nicotine, la probabilité de ces réactions devient très élevée. Selon les études, ce risque est 3 fois plus élevé chez les femmes de plus de 30 ans qui consomment plus de 20 cigarettes par jour.

Mode de vie et dangers de la contraception

Le choix d’une méthode de contraception appropriée, mais aussi le mode de vie de chaque utilisatrice, a une influence sur le risque d’apparition d'effets secondaires. Les complications concernent principalement le système vasculaire cardiovasculaire:

  • Embolie pulmonaire
  • Thrombose
  • Attaque cardiaque
  • Accident vasculaire cérébral

Si l'apport en nicotine provoque généralement une augmentation de la pression artérielle, il est aussi associé à une importante prise de poids dû au manque d'exercices physiques. Il y a aussi un risque accru de diabète de type 2.

Si les facteurs de risque mentionnés ci-dessus sont présents ou se sont produits chez un membre de la famille, l'utilisation de pilules combinées n'est généralement pas recommandée. En principe, un avis médical est recommandé pour bien choisir un contraceptif. Par exemple, des résultats d'études représentatives ont montré que le risque d'accident vasculaire cérébral est augmenté avec la prise de pilules contenant des œstrogènes.

Il en va de même lorsque la femme consomme de la nicotine. Si ces conditions de base sont combinées avec un autre facteur de risque comme l'hypertension artérielle, le risque augmente encore. 

Dans tous les cas une consultation médicale est indispensable afin d'identifier les facteurs de risque réels liés à la situation de santé et au mode de vie spécifique à chaque patiente, en particulier chez les femmes qui fument. A noter que l'obésité et le diabète sont également considérés comme des critères d'exclusion pour l'utilisation de contraceptifs hormonaux combinés.

Quelles méthodes de contraception conviennent aux fumeuses ?

Même si certaines contraceptions leur sont déconseillées, les fumeuses peuvent néanmoins compter sur une large palette de méthodes contraceptives. Certaines femmes s’orienteront vers des dispositifs mécaniques comme le préservatif ou le diaphragme, par exemple. D'autres privilégieront des méthodes contraceptives naturelles comme les méthodes calendaires de fertilité ou la méthode de la température. Les méthodes contraceptives sans œstrogènes comme le stérilet, l'implant, l’injection trimestrielle et la mini-pilule sont aussi d’excellentes alternatives.

Contraception sans oestrogène

A ce jour, le mode de fonctionnement concret des stérilets de cuivre (DIU) n'a pas encore été clarifié. Le cuivre empêcherait la mobilité des spermatozoïdes et ces conditions empecheraient la migration de l’ovule.

La spirale de cuivre du stérilet empêche également la nidation de l’ovule fécondé grâce à sa position intra-utérine locale. Les chaînes de cuivre sont basées sur un principe d'action semblable et sont adaptées aux fumeuses.

L'Indice Pearl est de 0,1 à 0,5. Les femmes privilégient ces méthodes alternatives à base de cuivre aux méthodes contraceptives hormonales lorsqu'elles recherchent un contraceptif fiable, facile à utiliser, et de long terme.

Est-il possible d’éviter la contraception hormonale en cas de consommation de nicotine?

Les femmes qui fument devraient s'abstenir de contraceptifs contenant des œstrogènes. Il existe différentes alternatives pour remplacer les préparations combinées en toute sécurité. Parmi les plus utilisées, il y a :

  • La minipilule
  • L’injection hormonale
  • L’implant hormonal
  • La spirale hormonale

Toutes les préparations à base de progestérone agissent de la même manière. Elles épaississent la glaire cervicale. Un bouchon muqueux se forme et le sperme ne peut plus migrer vers l'utérus. Par ailleurs, elles permettent d’éviter une accumulation de muqueuse utérine. La prise de la minipilule, de l'implant hormonal ou d’injection hormonale empêche aussi l'ovulation mensuelle.

Minipilule

Les pilules microdosées sans œstrogènes telles que Cerazette, Noriday ou Micronovum doivent être prises tous les jours à la même heure. Elles conviennent aux fumeuses ou aux femmes qui allaitent. L’oubli d’une micropilule sans œstrogènes affecte considérablement son efficacité, de sorte que des méthodes de contraception mécaniques supplémentaires sont nécessaires. Les pilules sans œstrogènes comptent aussi parmi les méthodes de contraception de premier choix quand il s'agit de la contraception dédiées aux fumeuses âgées de plus de 35 ans.

L’injection hormonale

L’injection hormonale dans le bras ou les muscles fessiers est réalisée tous les 3 mois. Cette méthode à long terme peut être appliquée jusqu'au cinquième jour succédant le début des règles. Elle est uniquement adaptée aux fumeuses âgées de moins de 35 ans.

Sources:

Comment ça marche ?
Vous choisissez une condition de santé ou un traitement
Vous répondez au questionnaire médical en ligne
Un médecin l'étudie et selon avis, émet une ordonnance
Vous recevez l'ordonnance chez vous ou à la pharmacie française de votre choix