> Dysfonction érectile > Impuissance après vasectomie

Impuissance après vasectomie

D’après les chiffres de l’ American Urological Association, environ 500 000 hommes procéderaient à une vasectomie chaque année aux Etats-Unis. D’autres chiffres parlent d’un couple sur six qui utiliseraient ce moyen de contraception aux USA. Cette opération a donc tendance à se démocratiser de l’autre côté de l’Atlantique. 

En France par contre, il n’en est rien. La stérilisation masculine « définitive » a mauvaise presse. Elle n’est d’ailleurs légalisée que depuis 2001. Cette option reste en effet plutôt taboue. L’intervention soulève encore de nombreuses craintes dans la gente masculine qui n’est pas forcément bien informée sur le sujet. Dans les faits, la vasectomie reste peu pratiquée dans l’Hexagone. En 2013 on en comptabilisait ainsi moins de 3000.

Entre autres craintes, de nombreux hommes ne souhaitent pas subir cette intervention chirurgicale par peur de devenir impuissant. Mais cette idée se base-t-elle sur des fondements sérieux ou s’agit-il plutôt d’une peur incontrôlée ? Autrement dit, une vasectomie peut-elle vous rendre impuissant ou pas ? Quel lien entretient l’opération avec la dysfonction érectile ? Nous faisons le tour de toutes ces questions.

Une vasectomie, c’est quoi ?

Visiblement peu de personnes savent ce qu’est réellement une vasectomie. Tout du moins, peu le considèrent comme un moyen de contraception à part entière. Il suffit en effet de faire un test tout simple pour s’en rendre compte : demandez à n’importe qui de vous citer les moyens de contraception qu’il connait. Vous allez alors vous rendre compte par vous-même que peu de gens (aussi bien hommes que femmes d’ailleurs) citent cette intervention chirurgicale. On vous parlera plutôt de la pilule, du stérilet, du préservatif, dans quelques cas d’un implant ou d’un patch voire de la ligature des trompes mais une vasectomie : personne ou presque ! On remarque aussi que de manière générale, la prise en charge de la contraception relèverait de la responsabilité des femmes…

Les informations manquent sur le sujet, ne sont pas forcément de bonne qualité, ne sont pas très accessibles, le thème reste tabou… Bref autant d’excuses plus ou moins valables pour ne pas en parler. Qu’à cela ne tienne ! Pour ceux qui ne savent pas trop de quoi il en retourne mais que ça intéresse, voici une brève explication.

Une vasectomie est une opération chirurgicale effectuée sous anesthésie locale, éventuellement générale (sur demande spécifique) .L’intervention ne dure que quelques minutes, généralement moins d’une demi-heure. Elle s’effectue dans le cabinet du médecin et ne nécessite aucune hospitalisation. On la considère donc comme une opération mineure, ambulatoire. Il est conseillé de prendre quelques jours de congés ensuite mais ce n’est pas une obligation.

Au cours d’une vasectomie, le chirurgien va sectionner (ou ligaturer) les deux canaux déférents situés dans le scrotum (ou bourse). Ces derniers permettent aux spermatozoïdes de passer des testicules vers le pénis afin de se mélanger au liquide séminal. Si les canaux déférents sont donc bloqués, les spermatozoïdes ne peuvent plus passer : l’homme devient par conséquent stérile.

Précisons à présent que l’on présente souvent la vasectomie comme une méthode de contraception définitive c’est-à-dire une stérilisation. Si ce moyen de contraception doit être considéré comme tel, en réalité la vasectomie peut être réversible. Il faut procéder alors à une nouvelle intervention chirurgicale nommée vasovasostomie. Cependant cette opération ne fonctionnerait que dans 25 % à 50 % des cas environ. Si un doute persiste quant à la fertilité, il faut donc laisser de côté cette intervention car les chances de grossesse après une vasectomie ne dépassent pas les 50 %. C’est d’ailleurs pourquoi un délai de réflexion de 4 mois minimum doit être respecté entre le premier rendez-vous avec le chirurgien et l’intervention.

Précisons également que la vasectomie n’est pas non plus une castration à proprement parler. En effet, les testicules ne sont ni détruits ni retirés.

Si la stérilisation est donc définitive en l’absence d’une autre intervention, elle n’est par contre pas efficace immédiatement. En effet, des spermatozoïdes peuvent toujours être présents dans le sperme produit avant l’opération ou dans les canaux déférents et ce pour plusieurs mois. L’OMS recommande ainsi une période de trois mois pour garantir la stérilisation. Plusieurs éjaculations sont également recommandées pour s’assurer que tous les spermatozoïdes sont bel et bien évacués, au moins 20. Il est aussi conseillé de respecter une semaine d’abstinence après l’opération pour s’assurer une bonne cicatrisation des canaux déférents.  Enfin, un spermogramme, c’est-à-dire une analyse du sperme  sera nécessaire afin de vérifier qu’aucun spermatozoïde ne se trouve dans l’éjaculat et que le patient est donc bel et bien stérile. Cet examen médical devra être réalisé deux à trois mois après l’opération. 

Avant que la stérilité soit confirmée, il est donc recommandé d’utiliser d’autres moyens contraceptifs.

La vasectomie offre une très grande efficacité. Le risque de grossesse après cette opération est en effet de 0,05 %.

La vasectomie : quelles complications, quels risques ?

​Dans la grande majorité des cas, la vasectomie ne comporte aucun risque.  Il s’agit d’une opération très sécuritaire. L’intervention chirurgicale est très courte et normalement complètement indolore. Parfois, une petite douleur peut être ressentie au niveau des deux incisions. Cette douleur minime disparait au bout de quelques jours. Dans de rares cas, un hématome peu également apparaitre ou une infection sans danger voire un malaise au niveau des testicules. Mais ces « risques », on vous le rappelle sont très rares, ils ne sont présents qu’entre 2 et 4 %.  Enfin, une douleur chronique extrêmement rare peut apparaitre. Elle ne concerne que 0,1 %.
 

Et l’impuissance dans tout ça ?

Beaucoup de contre-vérités et autres craintes circulent autour de l’opération. De nombreux hommes craignent par exemple qu’après une vasectomie ils ne vont plus éjaculer. Rien à craindre à ce niveau-là : le sperme ne constitue que 2 à 3 % de la semence. La différence avant et après une vasectomie ne peut donc pas être remarquée : après une vasectomie l’homme continue donc à éjaculer, pas de problème.

D’autres craignent une augmentation du cancer de la prostate mais jusqu’à présent aucun chiffre n’a été confirmé par le Ministère de la Santé. Les études réalisées sur des milliers de sujets n’ont pas permis de mettre en évidence une augmentation des risques de cancer ni des problèmes cardiovasculaires.

Pour d’autres c’est la crainte d’avoir envie d’avoir de nouveau des enfants qui les bloquent. Le caractère « irréversible » de la vasectomie reste en effet un obstacle à la vasectomie.

Enfin, certains hommes craignent de devenir impuissants après une telle intervention chirurgicale. En théorie c’est complètement impossible. En effet, comme on vous l’expliquait, la vasectomie affecte les canaux déférents. Une petite incision est effectuée au niveau du scrotum pour les obstruer. Cet acte n’affecte donc aucunement ni votre libido, ni votre capacité à avoir des érections de qualité, c’est-à-dire ferme et durable. 

Pour avoir une érection et pour jouir, différents facteurs sont nécessaires : stimulation des nerfs, afflux sanguin au niveau du pénis, contraction musculaire, excitation mentale, aspect hormonal. La vasectomie n’affecte donc aucun de ces aspects nécessaires à une érection. Elle ne peut donc pas être à elle seule responsable de l’impuissance. Lorsqu’une dysfonction érectile a été remarquée après une vasectomie, dans des cas très rares, elle n’est donc pas d’origine « mécanique » mais psychologique. Certains hommes se sentiraient affecté dans leur virilité après l’opération. Autrement dit, si un sujet souffre d’impuissance après une vasectomie, l’opération n’a directement rien à voir. Il faudrait donc consulter un professionnel de santé afin d’identifier la cause réelle de ce trouble. 

Comme on vous l’expliquait également, l’homme continue à éjaculer. La production de sperme qui n’est plus transmis via les canaux déférents est naturellement éliminée par l’organisme, comme tout autre cellule.

Que faire en cas d'impuissance après une vasectomie?

Vous l'aurez compris, si vous souffrez de troubles érectiles après une stérilisation chirurgicale, il est fort probable que la véritable cause de votre impuissance soit toute autre. Seul un avis médical peut vous permettre de connaître les véritables raisons qui vous empêchent d'obtenir une érection ferme et durable. Nous vous conseillons de prendre contact avec le chirurgien ayant réalisé l'intervention pour qu'il vous oriente vers des tests adéquats, un spécialiste et un traitement de l'impuissance adapté à votre condition particulière.

Sources:

Vitaros (Majorelle) - Crème contre la dysfonction érectile L'avanafil, principe actif de Spedra Causes et symptômes de l'impuissance Levitra générique (Vardénafil) et dysfonction érectile Impuissance et diabète - Causes et traitements L'impuissance liée aux fuites veineuses L'impuissance chez les jeunes Troubles sexuels masculins : infertilité, stérilité, impuissance Impuissance et tabagisme - Quel impact du tabagisme sur la fonction sexuelle? Quand certains médicaments entraînent l'impuissance Rôle du partenaire dans l'impuissance masculine Effets secondaires et contre-indications de Levitra Viagra, Cialis, Levitra et Spedra : le comparatif Vitaemed Contre-indications de Cialis Le Viagra et le cœur : une relation dangereuse ? Viagra, histoire d'un succès planétaire Levitra et diabète Viagra et hypertension artérielle Effets secondaires de Spedra Le viagra pour traiter les maladies cardio-vasculaires Impuissance psychologique Viagra et prostatectomie Cialis générique - Tadalafil : est-il légal et sécurisé ? Effets secondaires de Cialis Tadalafil Contre-indications de Viagra Pfizer Effets secondaires du Viagra (Pfizer) Laboratoires Pfizer - Histoire et traitements phares 10 idées reçues sur le Viagra et les troubles érectiles Les traitements naturels contre l'impuissance Impuissance : lorsque Viagra ne fonctionne pas L'insuffisance en testostérone, source d'impuissance Viagra : quel dosage optimal ? Inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 Levitra en cas de problèmes de santé Viagra vs Levitra : différences et similitudes L'obésité peut-elle provoquer l'impuissance? Impuissance et pornographie Le priapisme, une pathologie à traiter sans tarder Viagra original : comment détecter les contrefaçons Addyi (Flibansérine), le nouveau Viagra pour femmes ? Cialis pour le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate Cialis original : comment détecter les contrefaçons
Comment ça marche ?
Vous choisissez une condition de santé ou un traitement
Vous répondez au questionnaire médical en ligne
Un médecin l'étudie et selon avis, émet une ordonnance
Vous recevez l'ordonnance chez vous ou à la pharmacie française de votre choix